Feu vert de l’ANSM pour l’utilisation du baclofène dans le traitement de l’acoolodépendance

, par  Delphine Delarue

L’Agence nationale du médicament et des produits de santé (ANSM) a donné vendredi 14 mars son feu vert à l’utilisation du baclofène pour traiter l’alcoolisme. Très attendue par les spécialistes et les patients alcoolodépendants, cette recommandation temporaire d’utilisation (RTU) autorise officiellement les médecins à prescrire le relaxant musculaire en dehors de son autorisation de mise sur le marché (AMM) initiale. Désormais, et pendant trois ans, le baclofène pourra être prescrit par un généraliste, après échec des autres traitements disponibles, pour aider au maintien de l’abstinence après un sevrage ou pour réduire la consommation jusqu’à un niveau acceptable chez les patients à hauts risques. La posologie devra être progressive et ne jamais dépasser les 300 mg par jour. Une fois l’objectif atteint, « une diminution des doses doit être envisagée et régulièrement réévaluée, chaque patient devant bénéficier de la posologie minimale efficace adaptée », indique l’ANSM. Cette RTU a été accordée dans l’attente des résultats définitifs de deux études cliniques en cours et au regard des données actuellement disponibles, dont la lecture traduit un rapport bénéfice-risque favorable.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS