Hémochromatose : dépister tôt pour mieux traiter

, par  Julien Jeffredo

Plus fréquente chez les populations d’origine caucasienne que chez celles d’Afrique et d’Asie, l’hémochromatose touche un Français sur 300 et se classe ainsi au premier rang des maladies génétiques. Or si elle n’est pas traitée précocement, elle peut se révéler gravissime. Son dépistage est donc un enjeu majeur. L’Association hémochromatose France organise du 21 au 26 mai une semaine de sensibilisation.

C’est la première maladie génétique en France, et pourtant l’hémochromatose reste encore très méconnue. Diagnostiquée sur un patient jeune, puis traitée aussitôt, elle est bénigne, mais avec l’âge elle s’aggrave et peut parfois même être mortelle.

« Trop de fer, c’est l’enfer »

La maladie est provoquée par une absorption excessive de fer. Ce dernier s’accumule dans les organes tels que le cœur, le foie, le pancréas, les glandes endocriniennes, les articulations ou la peau et entraîne d’autres pathologies. L’hémochromatose génétique peut ainsi être à l’origine d’un diabète sucré, d’une insuffisance cardiaque, de douleurs articulaires et même d’un cancer. Chaque année, parmi les 200 000 personnes touchées en France, 2 000 personnes y succombent.

Une simple analyse de sang

Avant 20 ans, chez le porteur du gène, la maladie ne se manifeste pas. L’accumulation de fer dans les organes est quasiment indétectable. Ce n’est qu’à l’âge adulte qu’elle se révèle par une fatigue continue (dans un cas sur deux). Seulement, cette asthénie est souvent traitée par des fortifiants à base de fer, qui aggravent l’état du patient. Les troubles sexuels (perte de libido, troubles de l’érection, aménorrhée), et les douleurs articulaires des troisième et quatrième doigts doivent également alerter.

Le dépistage consiste en une simple analyse de sang. S’il est pratiqué avant 35 ans, il permet une prise en charge rapide et efficace : la plupart des symptômes disparaissent et le patient retrouve une espérance de vie normale.
En revanche, lorsque la maladie est découverte plus tard, entre 45 et 60 ans pour les hommes et entre 50 et 59 ans pour les femmes, l’état de santé du patient s’est déjà détérioré et il développe alors de lourdes pathologies. C’est la raison pour laquelle l’Association hémochromatose France veille, depuis neuf ans, à sensibiliser la population par une campagne nationale, qui cette année se déroule du 21 au 26 mai.

Sources
- « Semaine nationale de sensibilisation au dépistage de l’hémochromatose », dossier de presse, Association hémochromatose France, 19 mars 2012. Plus d’infos sur Hemochromatose.fr.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS