Les associations déçues par la IIe Conférence nationale du handicap

, par  Mathilde Leroy

Si le gouvernement semble se satisfaire des actions entreprises depuis 2007, les associations rappellent que de grands progrès restent encore à accomplir pour l’intégration des personnes en situation de handicap.

A l’occasion de la IIe Conférence nationale du handicap (CNH), qui s’est tenue le 8 juin à Paris, Nicolas Sarkozy s’est félicité des progrès accomplis en direction des personnes handicapées depuis la précédente édition, il y a quatre ans. « En 2010, a-t-il expliqué, l’effort financier que la collectivité consacre aux personnes handicapées a dépassé 36 milliards d’euros. Depuis 2007, malgré une crise d’une violence inouïe, ce budget pour les handicapés a augmenté de 15 %. » Le chef de l’Etat a notamment confirmé la revalorisation de 25 % de l’allocation adulte handicapé (AAH) pour 2012, une allocation que les bénéficiaires peuvent désormais cumuler avec un salaire. En matière d’éducation, la France compte aujourd’hui 50 000 enfants handicapés inscrits à l’école de plus qu’en 2005 et des efforts devraient être faits pour les accompagner avec le recrutement, à la rentrée 2011, d’« auxiliaires de vie plus nombreux, mieux formés, mieux payés et disposant de véritables perspectives de carrière ». Concernant l’emploi, alors que le taux de chômage des personnes en situation de handicap atteint 19,3 %, le président a annoncé le déblocage de 150 000 euros pour « rendre accessibles les écoles de la fonction publique et aménager davantage de postes pour les agents handicapés, tout particulièrement dans les petites communes ». Dans les entreprises adaptées, 3 000 postes supplémentaires devraient être créés d’ici trois ans. Nicolas Sarkozy a par ailleurs rappelé que, depuis 2005, le nombre de personnes handicapées bénéficiant d’une formation avait augmenté de 70 %.

Un discours « d’autosatisfaction »

Malgré ce bilan qui semble plutôt positif, de grands efforts restent encore à accomplir. En matière d’accessibilité par exemple, selon la loi de 2005, tous les bâtiments accueillant du public devraient être accessibles aux personnes handicapées d’ici 2015, or actuellement seuls 15 % le sont. Autre exemple : en trois ans, seules 26 000 nouvelles places ont été créées dans les établissements et services spécialisés, alors que 50 000 sont prévues d’ici 2012.
Pour l’Association pour adultes et jeunes handicapés (Apajh), avec ce bilan, « le gouvernement a choisi de porter un discours d’autosatisfaction alors que les droits des personnes en situation de handicap régressent. [...] Le discours du président de la République traduit une vision bien éloignée de la situation », précise-t-elle dans un communiqué. De son côté, l’Association des accidentés de la vie (Fnath) regrettent le peu d’annonces concrètes faites à l’occasion de cette deuxième conférence nationale.

Sources
- Discours du président de la République, IIe Conférence nationale du handicap, 8 juin 2011 : http://www.elysee.fr/president/les-....
- Communiqué « L’Apajh dénonce l’opération de communication que constitue en grande partie la deuxième conférence nationale du handicap », Apajh, 8 juin 2011.

DOSSIERS

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

ARTICLES RÉCENTS