Les médicaments bientôt sous surveillance européenne

, par  Julien Jeffredo

Le Parlement européen prévoit de renforcer son arsenal législatif concernant la sécurité des médicaments. Si un Etat ou un laboratoire décide de retirer du marché un produit pharmaceutique pour des raisons de sécurité, une « procédure d’évaluation européenne automatique » sera lancée. Les labos devront également rendre plus de comptes sur leur politique d’abandon de certains médicaments. L’objectif : éviter une seconde affaire du Mediator.

Les députés européens veulent renforcer la sécurité sanitaire des médicaments. Déjà en 2010, ils avaient révisé le cadre législatif communautaire. Mais celui-ci, soumis à un « test de résistance », a montré des lacunes.

Le 8 mai, le Parlement européen a annoncé qu’il souhaitait aller plus loin. Il formule une proposition de loi à même de combler les manques du cadre juridique.
Celle-ci prévoit tout d’abord « d’introduire une procédure d’urgence à caractère automatique lorsque, par exemple, un Etat membre retire un médicament du marché », explique-t-on au Parlement. La dangerosité du produit en question sera alors évaluée immédiatement au niveau européen. Et cette formalité pourra aussi être déclenchée « si une entreprise décide de ne pas renouveler une licence de mise sur le marché pour des raisons de sécurité ».

Méfiance vis à vis des laboratoires

Les modifications proposées prévoient également une plus grande vigilance vis-à-vis des laboratoires pharmaceutiques. Si l’un d’eux décide de retirer un médicament du marché dans un Etat de l’Union, il devra préciser s’il le fait pour des raisons de sécurité. « Il s’agit ici de vérifier si un motif commercial invoqué par le laboratoire ne masque pas [ce type de raisons] », précise la commission de la santé publique du Parlement. Cette précaution répond clairement au précédent du Mediator. Les laboratoires Servier avaient cessé de le vendre en Espagne et en Italie en 2003, en invoquant seulement des raisons commerciales.

Source
- « Vers une meilleure détection des médicaments dangereux », communiqué de presse du Parlement européen.

DOSSIERS

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

ARTICLES RÉCENTS