Une meilleure literie pour un meilleur sommeil

, par  Isabelle Delaleu

Votre literie, un lourd investissement ? Certes, mais il faut le considérer comme indispensable pour améliorer la qualité de son sommeil. Une literie ne dure que dix ans environ et elle totalise alors quelque 3 650 nuits, 30 000 heures d’utilisation et plus de 150 000 mouvements, rien d’étonnant à ce qu’elle ne soit plus au top. Deux récentes études, l’une française (Actimat) et l’autre américaine (université d’Oklahoma), ont démontré l’effet positif d’une literie neuve sur la qualité du sommeil : nuits moins agitées, réduction des mouvements, sommeil plus récupérateur, réveil plus « frais », baisse des maux de dos et d’épaules et même diminution du stress.

DOSSIERS

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)