Acné : les nouvelles recommandations de la HAS

, par  Catherine Chausseray

Huit ados sur dix sont importunés par des boutons disgracieux qui s’enflamment et peuvent laisser de vilaines cicatrices à vie. Ce que l’on sait moins, c’est que 12 % des femmes adultes sont également touchées. La Haute Autorité de santé (HAS) et la Société française de dermatologie (SFD) préconisent d’adapter le traitement anti-acnéique au cas par cas.

L’acné n’est pas un mal anodin, elle peut gâcher le quotidien et altérer la qualité de vie : le risque de dépression, par exemple, est plus élevé chez les adolescents qui en sont atteints. Heureusement, quand le traitement est adéquat et qu’il est bien suivi, cette maladie de la peau se soigne plutôt bien. Certains médicaments, susceptibles d’entraîner des effets secondaires, nécessitent toutefois de prendre des précautions. A la suite d’études et de retours d’expériences cliniques, la Haute Autorité de santé (HAS) et la Société française de dermatologie (SFD) ont donc récemment mis à jour leurs recommandations de prise en charge des patients acnéiques.

La pilule contraceptive en deuxième recours

Il était courant d’administrer la pilule contraceptive Diane 35 pour lutter contre l’acné, même si la patiente n’avait pas besoin de prendre un contraceptif. En raison des risques avérés de thrombose veineuse, la HAS recommande de ne plus la prescrire qu’en deuxième recours. Désormais, pour une acné légère à moyenne, les médecins (généralistes, dermatologues, gynécologues) sont invités à privilégier dans un premier temps les traitements locaux, crèmes ou gels à base de peroxyde de benzoyle ou de vitamine A (acide rétinoïque), qui ont fait la preuve de leur efficacité.

Un recours moins systématique aux antibiotiques

Ce traitement externe peut éventuellement être associé à la prise d’antibiotiques par voie orale (doxycycline ou lymécycline), y compris en traitement d’attaque, mais, comme c’est le cas pour d’autres maladies, « il convient de limiter leur utilisation aux situations où ils sont nécessaires, en raison de l’augmentation des souches bactériennes résistantes », précise la Société française de dermatologie. La HAS alerte également sur ces risques d’antibiorésistance, alors que des traitements plus efficaces existent. De plus, les antibiotiques doivent être pris pendant plusieurs mois, pour des résultats qui ne sont pas toujours au rendez-vous.

De l’importance d’un traitement suivi jusqu’au bout

La réussite du traitement dépend aussi, pour beaucoup, de l’attitude du patient. Ce dernier ne doit pas, en effet, l’abandonner en cours de route. Pour que l’acné puisse être résorbée de façon durable, il faut du temps. Partant du constat qu’« à ce jour moins d’un patient sur deux (de 32 à 50 %) suit correctement le traitement qui lui a été prescrit », la HAS insiste sur la nécessité, pour une guérison définitive, d’une bonne communication du médecin avec son patient et d’un suivi personnalisé. La Société française de dermatologie enfonce le clou en soulignant que, « si le traitement d’attaque a pour but d’obtenir une réduction importante ou une disparition des lésions et de prévenir la survenue de lésions cicatricielles, celui du traitement d’entretien est d’éviter les rechutes ».

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS