Arthrose et obésité

Dans les années 80, la recherche clinique a montré que, outre la sénescence, le surpoids était un important facteur de risque de l’arthrose. « Dans le cartilage, explique le professeur Richette, professeur en rhumatologie à l’AP-HP Lariboisière* à Paris, il n’y a qu’un type de cellules : les chondrocytes, qui ont des mécanorécepteurs. A la surface, elles expriment des protéines capables de ressentir les contraintes mécaniques exercées sur le tissu. Quand ces dernières sont trop importantes, elles sont palpées par les mécanorécepteurs, qui envoient un signal d’information négatif à la cellule. Celle-ci va devenir un peu folle et secréter des éléments – des protéases, médiateurs de l’inflammation – qui vont dégrader le cartilage. C’est conceptuellement assez incroyable, mais c’est fondamental dans notre compréhension de la recherche sur l’arthrose : ce tissu se révèle capable de transformer un signal mécanique en signal biochimique. Cela ouvre des perspectives majeures sur le plan thérapeutique pour la mise au point d’un nouveau traitement. C’est aussi ce qui explique le lien entre surcharge pondérale et arthrose du genou. » Des études ont en effet démontré que plus le poids est excessif, plus le risque de souffrir plus tard d’une arthrose du genou est important. A l’inverse, il est possible qu’une diminution du poids réduise la survenue de la maladie. Enfin, si l’arthrose existe déjà et si un surpoids est présent, les lésions de l’articulation évolueront plus vite. Une personne en surpoids doit donc impérativement perdre des kilos.

* Unité Inserm 1132.

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie. Souvent malmené par les excès d’alcool, de sucre et la sédentarité, cet organe longtemps resté mystérieux peut souffrir en silence (...)

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)