Cancer : un test de toxicité obligatoire avant toute chimiothérapie au 5-FU

, par  Isabelle Coston

Les personnes atteintes d’un cancer et traitées par une chimiothérapie au 5-fluorouacile (5-FU) devront maintenant passer un test de sensibilité au préalable afin d’éviter tout risque d’intolérance à ce produit.

Dans un communiqué publié le 29 avril, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) annonce une modification concernant les conditions de prescription et de délivrance des traitements anticancéreux utilisant le 5-FU et ses dérivés. Un test de toxicité préalable sera désormais systématiquement réalisé, ce qui, malgré les recommandations officielles, n’était pas le cas dans tous les hôpitaux. Pour éviter tout risque et adapter au mieux le traitement, une simple prise de sang est nécessaire. Recommandée par les autorités sanitaires, elle est dorénavant obligatoire.

Des cas d’intoxication rares mais potentiellement graves

Cette décision était attendue depuis longtemps par l’Association francophone de défense des victimes du 5-FU et analogues présentant un déficit en DPD, car les chimiothérapies à base de 5-FU peuvent entraîner des effets toxiques très rares mais parfois mortels chez certaines personnes. Utilisés en chimiothérapie depuis plus de soixante ans, ces médicaments sont prescrits à près de 90 000 patients chaque année en France pour traiter les tumeurs cancéreuses (sein, ORL, système digestif). Si la majorité d’entre eux le supporte, d’autres sont en revanche dans l’incapacité d’éliminer correctement le produit. Toxique pour les tumeurs, le 5-FU peut donc l’être aussi pour le malade. « Les chimiothérapies à base de 5-fluorouracile (5-FU) ou de capécitabine exposent certains patients à des effets indésirables, parfois graves », souligne l’ANSM. Ces médicaments puissants ont pour rôle d’empêcher la synthèse d’ADN dans les cellules cancéreuses. Or il arrive parfois que des patients connaissent un déficit, voire l’absence totale d’une enzyme du foie, la DPD, chargée d’éliminer le 5-FU. Il est donc crucial de vérifier, avant d’administrer le produit, que le patient possède bien cette enzyme. Le déficit en DPD est un phénomène rare : entre 0,05 % et 0,1 % de la population présente un déficit complet et 3 % à 8 % un déficit partiel.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

ARTICLES RÉCENTS