Cancer : une pétition pour interdire les nitrites

, par  Léa Vandeputte

La Ligue contre le cancer, Foodwatch et Yuka s’associent pour dire stop aux nitrites ajoutés dans les charcuteries industrielles notamment. Ces additifs sont en effet classés cancérogènes probables pour l’homme.

A l’occasion de la journée mondiale contre le cancer, le mardi 4 février, trois organisations – la Ligue contre le cancer association reconnue d’utilité publique, Foodwatch organisation à but non lucratif et Yuka créateur de l’application smartphone d’évaluation des produits alimentaire – relancent la communication autour de leur pétition intitulée « Stop aux nitrites ajoutés dans notre alimentation ». Lancée le 20 novembre 2019, celle-ci recueille près de 180 000 signatures le 4 février. L’objectif est de dépasser les 200 000 pour encourager la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, à agir.

E249, E250, E251 et E252
Concrètement, le trio exige l’interdiction des additifs E249 (nitrite de potassium), E250 (nitrite de sodium), E251 (nitrate de sodium) et E252 (nitrate de potassium) car ces derniers auraient un effet délétère sur la santé. Pour l’heure, ils sont utilisés par les industriels dans les viandes transformées, comme dans les charcuteries, pour améliorer leur conservation et leur donner une couleur rosée. Selon Yuka, plus de 12 000 produits en vente en France en contiennent. « Nous voulons manger sans être exposés à des risques pour la santé à cause d’additifs controversés », plaide Karine Jacquemart, directrice générale de Foodwatch dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, avant d’ajouter : « Il faut interdire les nitrites dans l’alimentation, c’est possible et c’est urgent. »

Des effets sur le long terme

Ces substances utilisées dans l’alimentation sont classées cancérogènes probables pour l’humain (catégorie 2A) par le Centre international de la recherche contre le cancer (CIRC), l’agence spécialisée de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour la recherche sur le sujet. Les nitrites et nitrates favoriseraient notamment l’apparition de cancer colorectal, le deuxième cancer le plus mortel après celui des poumons, et de cancer de l’estomac. « Cela fait au moins quinze ans que les charcuteries sont classées cancérigènes avérés par l’OMS, explique Axel Kahn, président de la Ligue contre le cancer. Elles provoqueraient jusqu’à 4 000 cancers colorectaux par an en France. Cela est, selon toute évidence dû aux traitements par les nitrites. On le sait. On ne peut pas laisser faire. Il faut agir. »

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

ARTICLES RÉCENTS