Chassez les polluants de votre cuisine !

, par  Ciem

Choisissez les bons matériaux pour cuire, conserver ou emballer vos aliments afin d’éliminer les substances indésirables de votre cuisine.

1. Attention au Téflon

Le Téflon, ou polytétrafluoroéthylène (PFTE), est un matériau très utilisé pour recouvrir plats, poêles et casseroles en raison de ses propriétés antiadhésives. Mais à partir de 230 °C, soit la température qu’atteint une poêle à frire au bout de cinq minutes sur le feu, il commence à générer des substances dangereuses pour la santé. De plus, lorsque le revêtement en Téflon est éraflé, l’aluminium qui se trouve en dessous (Téfal est la contraction de Téflon et aluminium) entre alors directement en contact avec les aliments. Pour éviter tout risque de contamination, n’utilisez vos casseroles et poêles en Téflon que pour des cuissons douces et courtes. Jetez-les dès qu’elles sont abîmées et profitez-en pour les remplacer par des ustensiles en acier inoxydable, en fonte, en fer ou en céramique.

2. Gare au surplus d’alu

Même si aucune étude ne le démontre réellement chez l’homme, une accumulation d’aluminium dans l’organisme peut s’avérer toxique. Or, lorsqu’il est en contact avec des aliments salés ou acides (tomate, citron…), ou encore s’il est chauffé, l’aluminium dégage des particules qui peuvent migrer sur les aliments. C’est la raison pour laquelle il est conseillé d’utiliser du papier sulfurisé pour la cuisson, et par précaution, plutôt que d’emballer les restes de nourriture dans du papier alu, placez-les dans des récipients en verre ou en céramique.

3. Le plastique, c’est chaud !

Omniprésentes dans la maison, les matières plastiques sont de plus en plus décriées en raison de leur faculté à se dégrader en microparticules, que l’on ingère à notre insu, mais aussi parce qu’elles contiennent divers produits chimiques tels que les phtalates, le bisphénol A et autres perturbateurs endocriniens. Ne réchauffez donc jamais vos plats au micro-ondes dans des barquettes en plastique. Le polypropylène (symbolisé par un triangle portant le chiffre 5 mettre le logo si possible) est le seul plastique pouvant passer au micro-ondes sans risque de migration vers les aliments.

4. Trouver l’alternative au film étirable

En contact direct avec la nourriture, le film plastique est susceptible de laisser certaines molécules nocives se dissoudre et se retrouver dans les aliments, notamment lorsqu’ils sont gras. Il est aussi déconseillé de chauffer le film plastique dans le four à micro-ondes, car la chaleur accélère ce phénomène de dissolution. Pour emballer et conserver vos aliments, vous pouvez, par exemple, le remplacer par un tissu enduit de cire d’abeille. Pour ce faire, faites fondre au micro-ondes des paillettes de cire d’abeille sur un morceau de tissu.

5. Le silicone : pratique mais toxique

Superpratiques lorsqu’il s’agit de démouler des petits gâteaux tout juste sortis du four, les moules en silicone feraient presque oublier qu’ils peuvent être mauvais pour la santé. L’association 60 Millions de consommateurs révélait dans un hors-série paru en janvier 2019 que ces derniers pouvaient, « sous l’effet de la chaleur et de l’usure, libérer des substances susceptibles de polluer les aliments ». Optez, là encore, pour le verre, la céramique, voire pour des plats en métal à condition qu’ils ne soient pas rayés.

6. Ne pas garder les boîtes de conserve ouvertes

Une fois ouvertes, les boîtes de conserve ne se conservent plus. Transvasez leur contenu dans une assiette ou un bol si vous souhaitez le garder encore un jour ou deux au réfrigérateur.

7. Pas top, la bouilloire en plastique

Avec la chaleur, certains composés du plastique peuvent migrer dans l’eau de la bouilloire. L’idéal est donc de choisir une bouilloire en inox, matériau inerte et plus durable que le plastique. Si l’on ne veut pas se séparer de son modèle en plastique, il faut veiller à ne jamais y laisser d’eau stagner et la verser dès qu’elle bout.

8. Choisir le meilleur mode de cuisson…

Il existe mille et une manières de cuire les aliments. La cuisson à la vapeur permet de préserver au maximum les vitamines des légumes. Pour la viande, optez pour la plancha plutôt que pour le barbecue. Grâce à celle-ci, les aliments ne sont pas directement en contact avec les flammes, ce qui évite la formation de composés nocifs. Laissez-les toutefois juste le temps nécessaire pour qu’ils soient bien croustillants et ôtez-les avant qu’ils carbonisent. La cuisson au wok, une cuisson à haute température mais très rapide, est également recommandée car elle saisit juste les aliments sans dégrader leurs vitamines.

9. … Et la bonne matière grasse

À partir d’une certaine température, que l’on appelle le point de fumée, les matières grasses dégagent des substances toxiques. Les huiles d’olive, de tournesol ou de coco, par exemple, avec un point de fumée au-dessus de 230 °C, conviennent très bien pour la cuisson. En revanche, les matières grasses contenant des oméga 3, comme les huiles de noix, de noisette, de colza ou de lin, ne doivent jamais être chauffées, car elles s’oxydent en cuisant et deviennent néfastes pour la santé.

10. Acrylamide : un si bon poison

Frites, pain grillé, chips… Les aliments frits ou grillés sont tellement savoureux ! Malheureusement, la cuisson à haute température d’aliments riches en glucides dégage de l’acrylamide, une substance reconnue comme toxique pour le système nerveux et soupçonnée d’être cancérigène. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) conseille de ne pas faire pas dorer ses pommes de terre frites, chips ou tartines à l’excès et de ne pas consommer les zones les plus brunies lors de la cuisson, car ces parties sont les plus riches en acrylamide.

À lire : Opération Détox dans ma cuisine, de Romain Morlot, Eyrolles (128 pages, 17,90 euros).

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

ARTICLES RÉCENTS