Davantage de problèmes bucco-dentaires pour les malades chroniques

, par  Delphine Delarue

L’Union française pour la santé bucco-dentaire (UFSBD) a organisé, le 8 octobre, son colloque annuel sur le thème des relations entre maladies chroniques et santé bucco-dentaire : des liens bidirectionnels encore largement méconnus des patients.

Les personnes atteintes de maladie chronique connaissent davantage les problèmes bucco-dentaires. C’est ce qu’a tenu à rappeler l’Union française pour la santé bucco-dentaire (UFSBD), lors de la seizième édition de son colloque national de santé annuel, le 8 octobre. « Les relations entre certaines maladies chroniques, comme le diabète ou les maladies cardiovasculaires, et la santé bucco-dentaire ont été bien identifiées », constate l’UFSBD. Les études épidémiologiques montrent en effet que le diabète est un facteur de risque favorisant le développement d’une parodontie susceptible de causer à terme la perte des dents. On sait aussi qu’une infection parodontale accroît le risque de cardiopathie. Autre exemple, avec le cancer cette fois : l’expérience prouve que les traitements (la chimiothérapie, par exemple) induisent une altération de la réponse immunitaire et que celle-ci favorise les infections orales ou des formes avancées de maladies parodontales.

Des mesures préventives insuffisantes

Or, « les liens bidirectionnels entre maladies chroniques et santé bucco-dentaire sont insuffisamment connus des personnes atteintes de maladies chroniques et sont peu pris en compte au niveau de l’éducation à la santé, en prévention primaire, et au niveau de l’éducation thérapeutique des patients, en prévention secondaire ou tertiaire », déplore l’UFSBD. Pour y remédier, l’association milite afin que la dimension bucco-dentaire soit intégrée dans le parcours de santé, « dans toutes les approches visant à prévenir, détecter et soigner les maladies chroniques ». Selon elle, le chirurgien-dentiste doit devenir un « dépisteur reconnu », tant au niveau de l’examen bucco-dentaire que de l’entretien médical, et collaborer avec les associations de patients et les professionnels de santé pour informer et sensibiliser les malades chroniques. Pour ces derniers, l’objectif est d’« intégrer dans leur réflexe santé (au moins) deux visites par an en cabinet dentairec. Actuellement, seuls 36 % des diabétiques se rendent à une consultation dentaire annuelle, alors que le suivi devrait être semestriel.

Source
- « Affections longue durée… Chronique d’une santé bucco-dentaire oubliée ! », communiqué de presse, Union française pour la santé bucco-dentaire (UFSBD), 12 octobre 2015.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS