De meilleurs taux de survie pour trois cancers

, par  La rédaction

Les taux de survie à cinq ans des personnes traitées pour un cancer de la prostate (+ 22 points, 94 %), du sein (+ 7 points, 87 %) ou du côlon-rectum (+ 9 points, 63 %) se sont nettement améliorés en quinze ans, selon le rapport publié début février par l’Institut national du cancer (Inca). Ces progrès notables pour des cancers très fréquents s’expliquent par une meilleure prise en charge, mais aussi par un diagnostic plus précoce. Malheureusement, les chances de survie à cinq ans pour d’autres cancers sont toujours très faibles. Pour celui du poumon, par exemple, elles sont passées de 13 % à 17 % seulement en quinze ans. Ce cancer, qui est dépisté tardivement, est la première cause de décès par cancer chez l’homme. Chez la femme, et bien que le pronostic de guérison soit bon, le cancer du sein reste la première cause de décès en raison de sa forte prévalence.

DOSSIERS

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

ARTICLES RÉCENTS