Dépression : les bactéries intestinales influenceraient la santé mentale

, par  Isabelle Coston

Certaines bactéries présentes dans l’intestin pourraient jouer un rôle dans la dépression. C’est ce que viennent de mettre en lumière des chercheurs belges après avoir étudié une population témoin de mille individus.

Une récente étude menée par l’université belge de Louvain auprès de mille Néerlandais, publiée lundi 4 février 2019 dans la revue Nature Microbiologyhttps://www.nature.com/articles/s41..., a montré un lien de causalité entre un taux réduit de certaines familles de bactéries intestinales et la probabilité d’être sujet à une dépression. Si ces premiers résultats, fondés sur des statistiques, suggèrent que la composition de la flore intestinale peut influer sur l’humeur des gens, ils devront toutefois être confirmés par d’autres études.

L’intestin : un « deuxième cerveau »

Plusieurs recherches menées ces dernières années ont montré que l’intestin et le cerveau s’échangeaient en permanence des informations, telles que la nécessité de manger ou de boire, via les systèmes nerveux et hormonal. Mais cette communication entre le cerveau et l’intestin est aussi rendue possible par le microbiote intestinal, c’est-à-dire l’ensemble des microbes qui habitent le tractus intestinal humain. Jusqu’à présent, la majorité des recherches avait porté sur des modèles animaux. Mais en raison de son rôle essentiel dans la santé, le microbiote suscite un intérêt grandissant de la part des scientifiques et des cliniciens qui cherchent à déterminer plus précisément lesquels de ces microbes sont responsables du bien-être chez l’homme. Cette fois, l’équipe de chercheurs belges, dirigée par Jeroen Raes, a donc analysé les échantillons de selles de 1 054 personnes inscrites au projet flamand sur la flore intestinale. Entre autres découvertes, ces scientifiques ont par exemple constaté que certains de ces micro-organismes jouaient un rôle dans la production de l’acide dihydroxyphényl acétique (Dopac), un métabolite de la dopamine. Or la dopamine, une substance chimique agissant comme neurotransmetteur dans le cerveau, est indispensable au maintien d’une bonne santé mentale et cognitive.

Flore intestinale et santé mentale : une piste à creuser

Pour étudier la relation entre les bactéries intestinales et la santé mentale, les chercheurs ont identifié des groupes spécifiques de micro-organismes en corrélation positive ou négative avec la santé mentale. « Parmi ces micro-organismes, deux genres bactériens ont particulièrement retenu l’attention des chercheurs : Coprococcus et Dialister, étaient systématiquement retrouvés dans le microbiote de personnes souffrant de dépression, indépendamment du traitement antidépresseur. Les résultats ont été validés dans une cohorte indépendante de 1 063 individus de la cohorte néerlandaise LifeLinesDEEP et dans une cohorte de patients cliniquement déprimés aux hôpitaux universitaires de Louvain, en Belgique », précise le site Pourquoi docteur. Ce dernier ajoute que ces résultats prometteurs, qui ouvrent une piste vers un traitement contre la dépression ou des maladies neurodégénératives comme Alzheimer ou Parkinson, auront toutefois besoin d’être confirmés. Le professeur Mireia Valles-Colome, coauteure de l’étude, reste en effet prudente : « Si les chercheurs valident donc l’existence d’un lien entre microbiote intestinal et santé mentale, ils ne peuvent pour le moment démontrer de lien de cause à effet. Ce sera le rôle d’autres travaux qui aideront à orienter et à accélérer la recherche future sur le microbiote humain », a-t-elle déclaré.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

ARTICLES RÉCENTS