Grand âge : une aide financière pour soutenir les Ehpad

, par  Isabelle Coston

L’État a décidé de débloquer une somme de 475 millions d’euros pour soutenir les Ehpad durement mis à l’épreuve pendant la crise sanitaire. Mais il n’oublie pas non plus les professionnels du secteur, qui ont toujours répondu présent.

Afin de faire face aux coûts engendrés par la crise sanitaire, le gouvernement a annoncé dans un communiqué] qu’il allouait une enveloppe de 475 millions d’euros aux établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). D’après les estimations de la Fédération hospitalière de France (FHF), l’impact de l’épidémie sur les comptes des Ehpad publics était en effet estimé, au 28 avril dernier, entre 250 et 380 millions d’euros, pour moitié en surcoûts, pour l’autre en pertes de recettes. Le personnel de ces établissements, lourdement mis à contribution depuis début mars, va bénéficier également d’une prime exceptionnelle.

Récompenser la « très forte mobilisation » des professionnels

Reconnaissant envers l’engagement de tous les instants des professionnels du secteur du grand âge, l’État a par ailleurs « décidé de verser une prime exceptionnelle à l’ensemble des personnels des Ehpad présents durant la crise, financée, pour tous, par l’Assurance maladie, quel que soit le statut de l’établissement ». Il entend ainsi souligner et remercier ceux qui « ont accompagné et accompagnent encore nos aînés avec beaucoup de dévouement et de professionnalisme », car leur mobilisation « a permis de faire face à l’épidémie liée au Covid-19 et de prendre en charge les personnes âgées dépendantes, particulièrement fragiles ». Son coût est estimé à plus de 450 millions d’euros. Le ministère des Solidarités et de la Santé indique aussi qu’il « restera très attentif à la situation des Ehpad afin, notamment, de pérenniser les renforts en ressources humaines ».

Une prime défiscalisée

« Tous les professionnels des Ehpad qui ont travaillé dans les trente-trois départements les plus touchés par l’épidémie recevront une prime de 1 500 euros. Dans les autres départements, ils percevront une prime de 1 000 euros », détaille le ministère, qui promet un versement « dans les prochaines semaines ».
Cette prime, qui ne sera ni imposable, ni soumise à prélèvements sociaux, sera également versée dans les services d’aide et d’accompagnement à domicile, dont l’engagement durant la crise est à souligner. Les échanges se poursuivent avec les départements, dans le respect des compétences de chacun, pour en assurer le financement.
Au total, c’est donc une somme globale d’un montant d’environ 900 millions d’euros qui sera attribuée par l’Assurance maladie aux Ehpad, en plus des sommes déjà budgétées en 2020 pour ce secteur.

Les aides à domicile oubliées

Alors que le gouvernement a prévu de verser une prime aux personnels des Ehpad, rien n’a été annoncé en revanche pour le secteur des services à domicile. Ces dernières ont pourtant joué un rôle indispensable auprès des personnes âgées, au même titre que les soignants et les personnels des maisons de retraite. Une tribune d’élus socialistes, parue dans le Journal du dimanche (JDD) le 28 avril, dénonçait déjà le rejet à l’Assemblée par le gouvernement d’un amendement qui prévoyait qu’une prime de 1 000 euros par auxiliaire de vie soit versée directement à toutes les structures qui les emploient. « En réalité, le sujet de la reconnaissance financière des aides à domicile est désormais transféré chez Julien Denormandie, ministre auprès de la ministre de la Cohésion des territoires. Ce qui fait craindre à l’ADMR (premier réseau associatif de services à la personne en France, ndlr) que le dossier soit géré par les collectivités locales, expliquait le journal Les Echos dans son édition du 8 mai.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

ARTICLES RÉCENTS