Insuffisance cardiaque : les signes qui doivent alerter

, par  Delphine Delarue

En France, l’insuffisance cardiaque, qui concerne plus d’un million de personnes, est responsable de 70 000 décès chaque année. Pourtant, le grand public connaît encore mal les quatre principaux symptômes qui doivent conduire à consulter rapidement : l’essoufflement, la prise de poids, les oedèmes et une fatigue importante.

La semaine du cœur, qui se déroule actuellement jusqu’au 29 septembre, est l’occasion de revenir sur une maladie potentiellement grave mais encore mal connue du grand public : l’insuffisance cardiaque. Chaque année en France, cette pathologie, qui concerne plus d’un million de personnes, est à l’origine de 200 000 hospitalisations et de près de 70 000 décès. « L’insuffisance cardiaque est un état pathologique indiquant que la pompe cardiaque n’est plus capable d’assurer un débit sanguin suffisant pour satisfaire les besoins de l’organisme en oxygène », précise la Fédération française de cardiologie (FFC). Cette défaillance s’explique par une multitude de causes liées à l’évolution des pathologies cardiaques comme l’hypertension, l’infarctus du myocarde ou les anomalies des valves cardiaques. Même si elle survient le plus souvent chez des sujets âgés ou très âgés, l’insuffisance cardiaque peut aussi toucher les jeunes, les enfants et les femmes enceintes. Elle peut être liée à une maladie génétique, au diabète ou encore à un affaiblissement primitif du muscle cardiaque pour lequel on ne trouve pas d’explication. Elle est aussi favorisée par la consommation excessive d’alcool, le tabagisme, la sédentarité et l’alimentation déséquilibrée.

Les signes « EFOP »

L’insuffisance cardiaque se manifeste essentiellement par quatre symptômes majeurs, baptisés « EFOP » pour « Essoufflement », « Fatigue », « Œdème » et « Prise de poids », qui doivent conduire à consulter rapidement. Le premier signe, l’essoufflement donc, est lié à l’engorgement du sang dans les poumons. Il est d’abord ressenti comme un simple inconfort à l’effort et s’aggrave ensuite pour se manifester également au repos. « Etre essoufflé quand on est allongé, plus encore que lorsqu’on est assis » représente un « signe d’aggravation majeure » qui nécessite « une consultation d’urgence, voire un appel au 15 », souligne la FFC.
Deuxième symptôme, la fatigue est due au déficit d’irrigation sanguine des muscles qui ne reçoivent pas l’apport de sucre et d’oxygène suffisant. Les gonflements de certaines parties du corps (oedèmes) se manifestent quant à eux surtout dans les membres inférieurs mais aussi au niveau des veines, du cou et du foie. Enfin, le quatrième symptôme, la prise de poids, est souvent spectaculaire : de l’ordre d’un kilo par jour. Il s’agit ici d’un signe particulièrement inquiétant, qui traduit une poussée d’insuffisance cardiaque. D’autres symptômes « peuvent aussi alerter, comme des palpitations dues au travail excessif accompli par le cœur, ou une baisse de tension concomitante à une réduction de la capacité d’éjection du muscle cardiaque, ainsi que des troubles de la mémoire ou de la libido », ajoute la FFC.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS