IST : plus d’un million de nouveaux cas par jour dans le monde

, par  Delphine Delarue

Dans un récent rapport, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) alerte sur la propagation inquiétante des infections sexuellement transmissibles sur la planète et demande aux Etats une intensification des politiques de prévention, de dépistage et de soins.

Le nombre d’infections sexuellement transmissibles (IST) dans le monde atteint des sommets. D’après un récent rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur la question, plus d’un million de contaminations ont lieu chaque jour sur la planète chez les 15-49 ans. Pour les quatre IST les plus répandues (chlamydiose, gonorrhée, syphilis, trichomonase), cela représente 357 millions de nouveaux cas par an. Un chiffre qui « n’a pas bougé par rapport à une précédente étude de 2012 », alerte l’OMS. Ce n’est pas tout : plus de 500 millions de personnes sont en outre atteintes du virus responsable de l’herpès génital (HSV2) et plus de 290 millions de femmes souffrent d’une infection à papillomavirus humain (VPH). Plus grave encore : depuis la dernière étude publiée en 2012, l’OMS n’observe aucune baisse significative du nombre de nouveaux cas. « Nous constatons une absence inquiétante de progrès dans la lutte pour stopper la propagation des infections sexuellement transmissibles, déclare le Dr Peter Salama, directeur général adjoint de l’OMS chargé des réponses d’urgence. C’est un signal d’alarme en faveur d’un effort concerté pour permettre à tout le monde, partout, de pouvoir accéder aux services nécessaires pour prévenir et traiter ces maladies invalidantes. »

Complications
Les IST ont de « profondes répercussions sur la santé sexuelle et reproductive dans le monde », ajoute le rapport. Certaines de ces infections, comme l’herpès ou la syphilis par exemple, peuvent multiplier par au moins trois le risque de contracter le VIH. La transmission d’une IST de la mère au bébé pendant la grossesse peut par ailleurs entraîner une mortinaissance (décès du fœtus après 20 semaines de gestation, avant l’accouchement), un faible poids de naissance, une septicémie, une pneumonie, une conjonctivite ou des malformations congénitales chez le nouveau-né.
En outre, « l’infection à VPH est responsable chaque année de 528 000 cas de cancer du col de l’utérus entraînant 266 000 décès » et « les IST comme la gonorrhée et la chlamydiose sont également des causes majeures d’inflammation pelvienne et de stérilité ».

Préservatifs masculins et féminins
Pour se protéger efficacement des IST et du VIH, les préservatifs (masculins et féminins), lorsqu’ils sont utilisés correctement et avec constance, constituent « l’une des méthodes de protection les plus efficaces », rappelle l’OMS. Les infections sexuellement transmissibles peuvent être facilement traitées et soignées mais encore faudrait-il qu’elles soient diagnostiquées. La plupart restent longtemps asymptomatiques (à part la gonorrhée) et les malades ignorent qu’ils sont contaminés. L’OMS recommande donc aux personnes sexuellement actives, femmes enceintes comprises, de se faire dépister. Elle déplore aussi le manque d’investissement des Etats dans la prévention et la santé sexuelle des populations. Pour atteindre les objectifs de la Stratégie mondiale contre les IST (- 90 % de l’incidence de la gonorrhée et de la syphilis dans le monde entre 2018 et 2030), une intensification des « efforts de prévention, de dépistage et de traitement » est donc indispensable, conclut l’OMS.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS