La télémédecine expliquée en vidéo

, par  Vanessa Pageot-Françoise

A la manière d’un reportage, une vidéo du ministère de la Santé et du Collectif interassociatif sur la santé (Ciss) démontre les avantages de la télémédecine, une pratique médicale à part entière.

La vidéo s’ouvre sur une ambulance qui transporte une victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC) aux urgences. Or, tous les centres hospitaliers n’ont pas d’unité neurovasculaire. La consultation se fait alors à distance, par caméra et ordinateur interposés, grâce auxquels un neurologue pose son diagnostic afin d’orienter au mieux cette personne.
Le ministère de la Santé et le Collectif interassociatif sur la santé (Ciss) font ainsi la promotion de la télémédecine à travers trois cas concrets : dans un service hospitalier, au domicile d’un patient et dans un centre pénitentiaire. La cible est double : il s’agit d’un « acte de pédagogie auprès du grand public », mais aussi auprès des professionnels de santé, pour « inciter localement à la création de nouveaux projets ». Les Français y sont déjà favorables, les deux tiers* estimant « que [la télémédecine] peut améliorer la qualité de la prise en charge médicale et pallier le manque de professionnels dans certains territoires ».

La technologie au secours des déserts médicaux

Face à la désertification médicale, la télémédecine est sans conteste un atout. Le ministère parle « de favoriser l’égalité d’accès aux soins ». Grâce à cette technologie, un médecin traitant peut proposer une téléconsultation avec un dermatologue hospitalier et éviter ainsi à son patient de faire deux à trois heures de route. Dans les centres pénitentiaires, il s’agit également de rapprocher les hôpitaux des patients. Quant aux établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), le but est plutôt de limiter la fatigue inhérente aux déplacements pour une population souvent très âgée (lire l’encadré).
La télémédecine s’invite aussi au domicile des patients atteints d’une maladie chronique, d’un insuffisance cardiaque ou rénale, par exemple, grâce aux dispositifs de télésurveillance. Dernier exemple mis en place depuis longtemps : la régulation médicale des centres 15, qui, par téléphone, établissent un premier diagnostic. Malgré tout, la technologie n’efface pas le besoin du contact humain : les Français sont encore très attachés aux consultations « en chair et en os ».

* Sondage ViaVoice réalisé pour le Collectif interassociatif sur la santé (Ciss) entre septembre et octobre 2013 auprès de 1 023 personnes.

 

Source
- « Télémédecine : une campagne vidéo pour informer le grand public et soutenir la dynamique de déploiement », ministère de la Santé, communiqué de presse, 12 février 2015.

 

La télémédecine fait son entrée dans les Ehpad mutualistes
La Mutualité française Puy-de-Dôme est précurseur : en mai 2014, elle a ouvert une téléconsultation entre l’établissement de Saint-Jean-d’Heurs et le CHU de Clermont-Riom en gériatrie, en oncogériatrie et en neuropsychologie. Une première en France pour une structure d’hébergement mutualiste. Depuis le début de l’année, un deuxième Ehpad est équipé d’une salle de télémédecine, et un troisième le sera d’ici à la fin de l’année 2015.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS