Médicaments, crème solaire, tatouage éphémère : les bons réflexes à adopter en été

, par  Léa Vandeputte

En période estivale, les fortes chaleurs peuvent avoir une incidence sur les conditions d’utilisation et de conservation des produits de santé et des cosmétiques. Voici tous les conseils à suivre pour éviter les effets indésirables.

En plein cœur de l’été, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a publié un dossier sur les bons réflexes à adopter quand on suit un traitement, que l’on utilise des dispositifs médicaux ou des produits cosmétiques. « L’exposition à de fortes chaleurs constitue une agression pour l’organisme, explique l’agence. En effet, l’adaptation à la chaleur met en jeu des mécanismes de défense dont l’efficacité peut être diminuée ou retardée. Les complications les plus graves sont le risque de déshydratation, de coup de chaleur ou encore le déséquilibre d’une maladie, comme le diabète. Les fortes chaleurs peuvent aussi avoir une incidence sur l’utilisation et la conservation des produits de santé. »

Ne pas arrêter son traitement

Les vagues de chaleur perturbent les organismes. C’est notamment le cas chez les personnes qui souffrent d’une maladie chronique et qui doivent prendre régulièrement des médicaments. D’autant que ces derniers « sont susceptibles d’aggraver un syndrome d’épuisement-déshydratation ou un coup de chaleur », prévient l’ANSM. Elle recommande donc aux patients de s’hydrater et de se rafraîchir régulièrement, mais aussi de ne surtout pas arrêter leur traitement sans l’avis de leur médecin ou de leur pharmacien. Les diabétiques doivent être particulièrement attentifs à l’entretien de leur lecteur de glycémie. « L’exposition des bandelettes (ou électrodes), des solutions de contrôle et des lecteurs de glycémie directement au soleil, à des températures élevées pendant des périodes plus ou moins prolongées, à de fortes variations de températures ou à une atmosphère humide, peut avoir une incidence sur leur bon fonctionnement », indique l’agence. En cas de résultat inhabituel, elle préconise de contacter un professionnel de santé (cabinet médical, pharmacie, laboratoire de biologie médicale) avant d’envisager une modification de traitement. En voyage, le transport des médicaments doit par ailleurs faire l’objet d’une attention particulière afin d’en « préserver la stabilité et l’efficacité ». En voiture, on évite de les exposer directement au soleil, et en avion, on les conserve avec soi, en cabine.

Choisir la bonne protection solaire

À la plage, à la montagne et même à la campagne, les vacanciers ne doivent pas oublier la protection solaire. « Le rayonnement solaire est composé d’un ensemble de rayons lumineux, dont les ultraviolets B (UVB), A (UVA) et C (UVC), détaille l’ANSM. Les rayons UVC sont absorbés en très grande partie dès leur arrivée dans l’atmosphère. En revanche, les rayons UVB et UVA arrivent jusqu’à nous et pénètrent la couche superficielle de la peau (l’épiderme), ce qui provoque les coups de soleil, ainsi que la couche plus profonde (le derme), pouvant accélérer le vieillissement de la peau et être à l’origine de cancers cutanés. » Crème, spray, lait ou stick, à chacun sa préférence, l’important est d’avoir le bon indice : 6, 10, 15, 20, 25, 30, 50, 50+… Plus le SPF est élevé, plus le niveau de protection est important. Il faut aussi appliquer le produit sur toutes les zones exposées (sans oublier les oreilles, les tempes, la nuque, le dos des mains et le dessus des pieds) et en quantité suffisante. Contrairement à ce que l’on peut parfois penser, « les accélérateurs de bronzage (monoï, graisse à traire…) n’assurent aucune protection solaire contre les UVA et les UVB », rappelle l’ANMS, avant d’ajouter : « Les assimiler à des produits de protection solaire et les utiliser en tant que tels pourraient présenter des risques potentiels graves pour votre santé. »

Allergies aux tatouages

L’été est une période propice à la réalisation de tatouages éphémères noirs à base de henné. Si vous vous laissez tenter, sachez qu’ils peuvent être à l’origine de réactions allergiques graves qui peuvent survenir après la réalisation. « La sensibilisation est définitive et irréversible : ces réactions allergiques peuvent récidiver au contact de teintures pour cheveux, de vêtements ou d’objets en caoutchouc contentant ce colorant », précise l’agence. « Soyez prudent et évitez de réaliser un tatouage quand vous n’êtes pas certain de la provenance, de la composition du henné noir et de l’absence de colorant ajouté, conseille-t-elle. En cas d’apparition de réaction de la peau dans les heures ou les semaines qui suivent le tatouage, consultez rapidement un professionnel de santé. »

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

ARTICLES RÉCENTS