Mieux identifier les substances nocives dans les produits ménagers

, par  Isabelle Coston

Beaucoup de produits d’entretien contiennent des éléments potentiellement dangereux pour la santé et pour l’environnement, mais le consommateur n’est pas toujours bien informé. À quand un système de notation sur le modèle du Nutri-Score mis en place sur les emballages des produits alimentaires ?

A la suite d’une enquête réalisée sur un panel de produits ménagers, publiée mardi 27 août dans son dernier numéro, le magazine 60 Millions de consommateurs, demande à ce que les étiquettes des produits d’entretien soient plus explicites. Le consommateur devrait en effet pouvoir mesurer en un coup d’œil les risques potentiels, à la fois pour sa propre santé et pour celle de la planète.
Lingettes désinfectantes, sprays nettoyants pour la cuisine et la salle de bains, liquides multisurfaces, blocs WC… Certains produits ménagers sont jugés « dangereux », voire « très dangereux » pour la santé et l’environnement par la rédaction du mensuel édité par l’Institut national de la consommation (INC), qui a passé au crible la composition d’une centaine d’entre eux.

Du flou dans les étiquettes

Les journalistes ont pour cela décrypté les étiquettes, mais lister tous les ingrédients n’a pas été simple. Contrairement aux cosmétiques, la réglementation concernant l’étiquetage des produits ménagers est beaucoup moins contraignante. Elle « n’impose d’indiquer que les grandes familles de composants avec leur fourchette de concentration », constate 60 Millions de consommateurs. De plus, les fabricants ne sont pas obligés de mentionner les allergènes et les conservateurs. Cette précision « peut ne figurer que sur le site Web indiqué sur l’emballage ou être communiquée par courrier, à la demande », ajoute le mensuel, qui plaide pour davantage de clarté.

Des « cocktails » à risque

Les auteurs de l’enquête ne se sont pas bornés à relever les substances problématiques entrant dans la composition des nettoyants ménagers. Ils ont surtout évalué le risque global causé par l’association de plusieurs éléments chimiques présents dans le produit en lui attribuant une note allant de A à E selon le degré de nocivité. « La lettre A indique que le produit ne contient pas de substances nuisibles pour la santé et l’environnement. A l’inverse, la lettre E révèle la présence de substances irritantes, allergisantes et très nocives pour la santé (perturbateurs endocriniens, cancérogènes, reprotoxiques, toxiques…) et pour l’environnement », détaille le magazine. Ce dernier met une pétition en ligne sur son site pour réclamer que soit adoptée cette nouvelle échelle de notation. Appelée Ménag’Score, elle serait le pendant du Nutri-Score, cette fois pour les produits ménagers.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS