Perturbateurs endocriniens : le plan du gouvernement

, par  Isabelle Coston

Pour lutter contre les perturbateurs endocriniens et mieux protéger les populations, le gouvernement a annoncé le lancement d’un nouveau plan pour la période 2019-2022.

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a présenté lors des Rencontres nationales Santé-Environnement de Bordeaux, lundi 14 janvier, le nouveau projet de stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens. Celui-ci, également porté par François de Rugy, ministre de la Transition écologique, fait l’objet d’une consultation publique jusqu’au 8 février 2019.

Les perturbateurs endocriniens, ces composés chimiques susceptibles d’interférer avec le système hormonal et qui peuvent entraîner d’importants problèmes de santé sont accusés de causer des problèmes de fertilité, de croissance, voire être à l’origine de certains cancers. Ils sont présents dans de nombreux produits de consommation courante comme les cosmétiques, les vêtements, les jouets ou encore les produits ménagers. L’Inspection générale des affaires sociales (Igas) avait estimé en décembre 2017 dans un rapport que la France n’avait pas mis en œuvre les moyens suffisants pour surveiller et étudier ces substances malgré la première Stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens (SNPE). Pour pallier ces lacunes, le gouvernement propose donc un nouveau plan d’action.

Mieux informer le grand public

Toutes les molécules controversées ne sont pas forcément répertoriées. Dans le but de mieux identifier les substances à risques ainsi que leur niveau de toxicité, l’Agence de sécurité sanitaire (Anses) a été missionnée pour publier d’ici à 2021 une liste officielle de perturbateurs endocriniens. Ceux-ci seront classés en trois catégories : « suspecté », « présumé » et « avéré ». En attendant la publication de cette liste, le projet prévoit la création, en 2019, d’un site d’information grand public sur les produits chimiques, dont les perturbateurs endocriniens. Une meilleure formation des personnels de santé et le financement de recherches scientifiques spécifiques sur le sujet sont également au programme.

Les réactions des ONG

Si les organisations non gouvernementales (ONG) jugent plutôt favorablement l’annonce du plan, qui a le mérite de proposer un budget, des actions concrètes ainsi qu’un calendrier, certaines trouvent cependant qu’il reste trop conciliant vis-à-vis des industriels. Elles regrettent par exemple l’absence de mise en place d’un étiquetage spécifique des produits contenant une de ces substances. Fleur Gorre, chargée de campagne sur les produits chimiques au sein de l’association Générations Futures, souligne dans les colonnes du Parisien que « les industriels ne sont donc pas obligés de les remplacer par des produits moins toxiques et [qu’]il n’y a rien de coercitif ». Le gouvernement envisage en effet plutôt un travail de concertation pour « guider » l’action des industriels vers la substitution des substances controversées, notamment en identifiant des alternatives. Quant aux professionnels de santé, l’Association France environnement (Asef), elle, n’a pas attendu le plan pour les informer. Elle a déjà publié un guide à télécharger et à diffuser auprès de leurs patients.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS