Pesticides : alerte sur la santé

, par  Aude Malaret

Un appel mettant en garde contre les risques des pesticides signé par 1 200 médecins a été rendu public au Sénat le 30 janvier dernier, tandis qu’à l’Assemblée nationale se tenait un colloque sur le thème « Pesticides : santé et biodiversité ». Alors que la France reste le premier consommateur de pesticides en Europe, les études s’accumulent pour dénoncer les dangers de ces produits. Le gouvernement veut agir.

Les préoccupations pour la santé et l’environnement face aux risques des pesticides se font de plus en plus fortes dans le monde scientifique et médical, mais aussi pour la population française. Des réponses politiques se dessinent. Près de 1 200 médecins ont signé un appel, présenté au Sénat le 30 janvier dernier, pour mettre en garde contre la dangerosité des pesticides. Dans un même temps, l’Assemblée nationale a accueilli un colloque sur le thème « Pesticides : santé et biodiversité ». Lors de son discours d’ouverture, le ministre de l’Ecologie, Philippe Martin, a affiché sa détermination à agir contre l’usage de ces produits dont les impacts sanitaires sont de plus en plus relevés par les études scientifiques. « Nos connaissances dans ce domaine se sont sensiblement accrues au cours des dernières années, et ce savoir nous oblige à reconsidérer certaines de nos pratiques , a-t-il reconnu.

Les preuves du danger s’accumulent

Dans leur appel, les médecins soulignent que les pesticides sont impliqués dans nombre de pathologies, comme certains troubles neurologiques, la maladie de Parkinson, le cancer de la prostate et certains cancers du sang, notamment dans le cadre des expositions professionnelles chez les agriculteurs. Il existe également des risques de malformations congénitales augmentés chez les enfants des femmes exposées aux pesticides pendant leur grossesse. Ces effets ont été confirmés par une étude de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Iserm) publiée en juin 2013. Un rapport du ministère de l’Agriculture, publié fin 2013, a également montré que la sécurité sanitaire des aliments est menacée : près de 12% des fruits et légumes contiennent des résidus de pesticides à des taux supérieurs aux seuils réglementaires. Les médecins ont aussi relevé que « personne ne conteste l’imprégnation générale de la population » par les pesticides « à faibles doses ». Un constat déjà posé pour l’Ile-de-France il y a quelques années par Airparif, qui montrait que l’air de la capitale était contaminé par une trentaine de substances.

De plus en plus de mesures pour limiter l’usage de ces produits

Dans leur appel, les médecins demandent au gouvernement de mettre fin aux dérogations à l’interdiction des épandages aériens, de reconnaître les nouvelles maladies professionnelles agricoles liées aux pesticides, de mettre en place un meilleur étiquetage des produits destinés à l’alimentation et de confier à des laboratoires indépendants la réalisation des tests nécessaires pour l’autorisation de mise sur le marché des pesticides. Dans sa réponse, le ministre de l’Ecologie a annoncé l’application de la redevance maximale payée sur les produits phytosanitaires à quarante nouveaux produits, ce qui devrait générer 30 millions d’euros de recettes supplémentaires, le développement de solutions alternatives aux épandages aériens et un prochain plan de lutte contre les perturbateurs endocriniens.

Dernièrement, des avancées législatives ont été réalisées dans la lutte contre les pesticides. Le Parlement a adopté, en janvier, une proposition de loi écologiste qui interdit en France les produits phytosanitaires (insecticides, herbicides, fongicides, etc.) dans les espaces verts publics dès 2020 et dans les jardins particuliers à compter de 2022. La loi d’avenir pour l’agriculture, votée mi-janvier en première lecture à l’Assemblée nationale et qui doit être débattue au Sénat au printemps, prévoit le transfert du pouvoir d’autorisation de mise sur le marché des pesticides du ministère de l’Agriculture à l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Une mesure qui vise à limiter les pressions exercées par les industriels.

Sources
- « Pesticides : l’Inserm dresse le bilan de trente années de recherches », Dominique Tchimbakala, Allodocteurs.fr, 13 juin 2013.
- « Pesticides : les épandages aériens vont se poursuivre en France », Martine Valo, Lemonde.fr, 16 janvier 2014.
- « Les pesticides interdits dans les espaces verts et les jardins », Audrey Garric, Lemonde.fr, 23 janvier 2014.
- « Le ministre de l’Ecologie veut agir contre les pesticides », Liberation.fr, 30 janvier 2014.
- « Pesticides : la mise en garde de 1200 médecins », Stéphane Foucart, Lemonde.fr, 31 janvier 2014.
- « La toxicité des pesticides très largement sous-évaluée, selon le professeur Séralini », Florian Gouthière, Allodocteurs.fr, 3 février 2014.
- « La loi d’avenir sur l’agriculture ne réduira pas les pesticides », Magali Reinert, Novethic.fr, 4 février 2014.
- Discours de Philippe Martin, ouverture de la journée « Pesticides : santé et biodiversité » à l’Assemblée nationale.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS