Plasma, plaquettes : les autres formes de don

, par  La rédaction

En plus du don de sang total (plaquettes, plasma, globules rouges), il est possible lors d’un don de donner uniquement son plasma ou ses plaquettes par aphérèse : cette technique permet de réaliser, grâce à une machine, la séparation des composants du sang au cours du don. L’objectif est de recueillir un ou des composants en quantité plus importante que celle obtenue à partir d’un don de sang total. Une fois ce composant isolé, la machine réinjecte les autres produits du sang au donneur. Ce type de don est ouvert aux personnes en bonne santé, âgées de 18 à 65 ans et ne présentant pas de contre-indication. Comme pour le don de sang total, le candidat doit remplir un questionnaire avant d’être reçu par un médecin, qui autorisera ou non le don. Il est possible de donner son plasma toutes les deux semaines dans la limite de vingt-quatre fois par an, et ses plaquettes, jusqu’à douze fois par an en respectant un intervalle d’au moins quatre semaines. Ce type de don nécessitant l’utilisation d’un appareillage spécifique, il n’est possible que sur rendez-vous dans les 143 sites fixes de l’Etablissement français du sang (EFS).

DOSSIERS

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

ARTICLES RÉCENTS