Un pas de plus vers la fin du plastique à usage unique

, par  Léa Vandeputte

Source de pollution importante, le plastique, qui n’est le plus souvent utilisé qu’une fois avant d’être jeté, est progressivement banni des rayons. Si de nouvelles mesures sont entrées en vigueur cette année, le chemin est encore long pour arriver à l’interdiction totale.

La loi du 10 février 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire prévoit l’interdiction du plastique à usage unique en plusieurs étapes d’ici à 2040. Un décret publié au Journal officiel le 1er janvier 2021 précise les conditions de mise en œuvre de la première phase de transition. Le plastique est en effet le troisième matériau le plus fabriqué au monde, après le ciment et l’acier, et il engendre une pollution importante qui n’est pas sans répercussion sur l’environnement.

De nouvelles interdictions

Cette année marque donc une étape clé vers la fin de la vente et de la mise à disposition de certains produits en plastique. Les pailles, les couverts jetables, les bâtonnets mélangeurs de boisson, les couvercles de gobelets à emporter, les contenants en polystyrène (du type boîte à kebab), les piques à steak, les tiges pour ballons, les confettis en plastique et les emballages pour les fruits et légumes de moins de 1,5 kilogramme seront interdits. Tous les objets en plastique oxo-dégradable sont aussi concernés. Il s’agit d’une matière plastique souvent présentée comme une alternative écologique. Or celle-ci renferme des additifs qui conduisent à sa fragmentation en microparticules ou à sa décomposition chimique sous l’effet de l’oxydation. Elle n’est par ailleurs ni assimilable par les micro-organismes ni compostable. Le décret autorise toutefois l’écoulement des stocks commandés avant 2021 jusqu’au 1er juillet 2021. D’autres interdictions vont intervenir dans les prochaines années. Ainsi, à compter du 1er janvier 2022, les sachets de thé et les jouets en plastique distribués gratuitement dans les fast-foods seront notamment prohibés. Puis, au 1er janvier 2023, la vaisselle jetable pour la restauration rapide devra être remplacée par des récipients réutilisables.

Changer les habitudes de production et de consommation

Outre la fin des d’emballages en plastique à usage unique d’ici à 2040, la loi fixe aussi un objectif ambitieux : 100 % de plastique recyclé d’ici à 2025. Un long chemin reste à parcourir pour atteindre ce but quand on sait que le taux de recyclage des emballages plastiques ne s’élèverait qu’à 42 % au niveau européen. En France, 778 000 tonnes de déchets plastiques (soit 23 %) sont collectées pour recyclage, selon le rapport de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) sur la pollution plastique, publié le 10 décembre 2020. Ce faible score s’explique par deux phénomènes : le coût élevé du recyclage, comparé au coût de production initial, et un taux de tri beaucoup trop bas. La mise en place d’un dispositif de consigne – le consommateur rapporte ses emballages à une borne de collecte et reçoit en échange un bon d’achat – est d’ailleurs actuellement à l’étude pour y remédier. Et, comme la lutte contre la pollution est l’affaire de tous, il faut aussi changer les habitudes des consommateurs, qui sont appelés à être attentifs lors de leurs achats, ainsi que celles des industriels, qui doivent proposer des produits avec des emballages plus respectueux de l’environnement.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)