« Réseau des correspondants » : prendre en compte les besoins des médecins et pharmaciens partout en France

, par  Léa Vandeputte

Le nouveau dispositif de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), baptisé « Réseau des correspondants », recueille les attentes et les éventuelles difficultés rencontrées par les professionnels de santé, qui officient en ville comme en campagne, afin d’orienter les futures décisions.

La phase pilote du tout nouveau « Réseau des correspondants » a démarré le 1er juin. Il s’agit d’un dispositif, créé par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), le Collège de la médecine générale (CMG), la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) et l’Union de syndicats de pharmaciens d’officine (USPO), afin de recueillir les « expériences terrain, vis-à-vis de mesures de sécurisation de l’utilisation de produits de santé, déjà prises ou en cours d’élaboration ». Concrètement, 100 binômes de correspondants, composés de 50 médecins généralistes et de 50 pharmaciens d’officine, ont été formés sur tout le territoire (France métropolitaine et régions d’outre-mer).

Des enquêtes pour croiser les points de vue

Les membres de ce réseau seront invités à répondre à différentes enquêtes (sur les médicaments, les dispositifs médicaux, la réglementation…) afin « de mieux connaître et prendre en compte les pratiques, les attentes et les éventuelles difficultés rencontrées par ces professionnels, ainsi que celles de leurs patients », explique l’ANSM. Ces enquêtes permettront d’obtenir un point de vue croisé entre les médecins et les pharmaciens, qui ont tous deux des relations de proximité avec les Français. « S’appuyer sur des binômes médecin généraliste-pharmacien d’officine pour pouvoir observer des deux côtés la même ordonnance, le même patient, le même questionnement est inédit et va être très vertueux pour nos métiers et nos patients », estime Paul Frappé, président du CMG.

S’adapter au terrain

L’ANSM s’appuie d’ores et déjà sur des comités scientifiques permanents et des comités d’interfaces pour enrichir ses réflexions et élaborer ses décisions. Avec la création de ce réseau, elle poursuit sa stratégie d’ouverture et de prise en compte des données du terrain. « Le réseau des correspondants illustre une devise qui me tient à cœur : "Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin", indique Christelle Ratignier-Carbonneil, directrice générale de l’ANSM. Sa création marque une nouvelle étape pour notre agence qui s’inscrit ainsi toujours plus au cœur de la vie de nos concitoyens. » « C’est important que l’ANSM s’investisse au cœur des territoires, au plus près des patients et des professionnels de santé, en leur donnant la parole, considère, de son côté, Pierre-Olivier Variot, président de l’USPO. Grâce à ce réseau, nous allons mieux appréhender les questionnements des médecins et des pharmaciens, la vision de chacun, nous enrichir mutuellement de nos pratiques et adapter les mesures au terrain afin de mieux sécuriser l’utilisation des produits de santé. »

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

ARTICLES RÉCENTS