Santé et numérique : la feuille de route définitive

, par  Vincent Portois

Ma Santé 2022, la stratégie souhaitée par le président de la République donne une nouvelle impulsion à l’« engagement collectif » demandé pour rénover le système de santé. Nouvelle étape en date : le versant numérique avec la e-santé. Retour sur la feuille de route politique dévoilée le 25 avril dernier.

La transformation du système de soins est bel et bien en route. Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé, accompagnée de Cédric O, nouveau secrétaire d’Etat au Numérique, ont présenté de manière officielle « Accélérer le virage numérique », la feuille de route du gouvernement. Pour les soutenir dans cette démarche qui remplacera Asip santé, Dominique Pon et Laura Détourneau, rattachés au ministère de la Santé, vont gérer les orientations principales. Ils seront en charge donc des missions suivantes :
-  Renforcer la gouvernance du numérique en santé.
-  Intensifier la sécurité et l’interopérabilité des systèmes d’information en santé.
-  Accélérer le déploiement des services numériques socles.
-  Déployer au niveau national des plateformes numériques de santé.
-  Soutenir l’innovation et favoriser l’engagement des acteurs.

Des mesures fortes et symboliques

Pour Cédric O, il s’agit de « construire un système de santé adapté aux besoins et proche des citoyens. […] Mieux soigner grâce au numérique est un enjeu sur lequel nous travaillons avec Agnès Buzyn et les start-up innovantes de l’incubateur Boucicaut ». C’est en effet, dans un nouvel endroit symbolique de l’Economie sociale et solidaire, un ancien hôpital parisien transformé en incubateur de start-up, que s’est effectué le lancement de la stratégie. Concrètement pour le citoyen au quotidien, cela passe par des actes marquants et symboliques comme la fameuse carte Vitale, qui devrait se dématérialiser et être disponible via l’application gouvernementale apCV. L’appli permettra à l’ensemble des Français d’accéder à leurs droits et de faire leurs démarches directement en ligne, à partir de 2021. La carte Vitale devrait ainsi peu à peu disparaître matériellement dans les prochaines années. Par ailleurs, le gouvernement compte accélérer les manœuvres concernant le dossier médical partagé. Ce dernier a déjà été créé par 5 millions de Français. Il a pour objectif de faciliter la télémédecine et de faire connaître rapidement les antécédents médicaux des patients lors d’une nouvelle consultation. Cela induit également l’idée des e-prescriptions qui devraient se mettre en place en 2020 pour tous les actes médicaux. Le but du gouvernement est d’avoir une méga-plateforme qui contiendra l’ensemble de toutes ces données, et où tous les bouquets de services communiqueraient entre eux. Pour cela l’Institut national des données de santé sera remplacé par Health data hub, qui sera accessible à toutes les complémentaires santé. Cependant, pour rassurer les sceptiques qui auraient peur du vol de toutes ces données numériques personnelles ultra-confidentielles, le gouvernement a fait de la sécurité sa priorité afin d’aboutir à une cybersecurité très puissante. Le « Cloud médical » sera un espace sain, complet et confidentiel, dès sa mise en pratique prévue pour 2022.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS