Zona : cuisant quand il se réveille

, par  Isabelle Coston

Tapi dans les ganglions sensitifs rachidiens, le zona, qui est une réactivation du virus de la varicelle contractée dans l’enfance, attend son heure... Il attaquera à la faveur d’une baisse de l’immunité des cellules de l’organisme.

L’apparition du zona coïncide avec l’affaiblissement des défenses immunitaires. C’est la raison pour laquelle la prévalence de cette maladie infectieuse augmente avec l’âge. Les plus de 50 ans représentent les deux tiers des cas et, à partir de 80 ans, le taux d’incidence monte très vite. Resté latent dans l’organisme à la suite d’une infection, le virus varicelle-zona (VZV) est présent chez 99 % de la population. Une personne sur quatre développera un zona dans sa vie, et l’on observe, en France, 300 000 nouveaux cas en moyenne par an.

De vives douleurs

Les douleurs décrites par les personnes touchées s’apparentent à d’intenses brûlures, souvent à la limite du supportable. « Je me suis aperçue de la présence du zona lorsque quelqu’un m’a touché l’épaule, raconte Paule, 75 ans. Sa main m’a littéralement brûlée. Cette partie de mon corps était devenue immédiatement très sensible au toucher. » Heureusement, Paule a été tout de suite traitée, et les douleurs ont rapidement diminué, au fur et à mesure de la prise des médicaments. Au bout de trois jours, elles avaient complètement disparu.
Parallèlement à ces douleurs très spécifiques, le zona se manifeste par des rougeurs, accompagnées ou non de pustules sur la zone irritée. Paule a eu de la chance : son zona a été immédiatement traité et a donc disparu. Ce n’est malheureusement pas toujours le cas.

Des complications invalidantes

La complication la plus fréquente du zona est l’algie post-zostérienne (douleur après la maladie), qui apparaît chez 20 à 50 % des patients de plus de 50 ans et dont
la fréquence et la gravité augmentent avec l’avancée en âge. Les douleurs neuropathiques, qui peuvent persister plusieurs mois, voire plusieurs années après la guérison de l’éruption, entraînent parfois chez les seniors une altération des capacités fonctionnelles et de la qualité de vie. Ces personnes sont angoissées, déprimées, dorment mal et finissent par s’isoler. Les répercussions psychiques et sociales sont importantes, susceptibles même d’amorcer la perte d’autonomie. Le professeur Gilles Berrut, gériatre au CHU de Nantes et co-auteur du livre blanc sur le zona*, décrit des situations dramatiques où, « obnubilés par leurs douleurs, certains patients en fin de vie voient les derniers mois qu’ils pourraient passer auprès des leurs complètement gâchés ». « Ils sont tellement abrutis par les médicaments administrés pour les soulager qu’ils ne peuvent même plus parler à leurs proches », ajoute-t-il.

Un vaccin bénéfique pour les seniors

Au-delà du coût élevé que représente le traitement de cette maladie, en raison des consultations, voire des hospitalisations qu’elle occasionne, ce sont surtout les conséquences sur le moral et les conditions de vie des malades qui ont conduit les médecins à recommander le Zostavax, un vaccin commercialisé en France depuis juin 2015. Après de nombreuses études, le discours des autorités sanitaires en France a changé, et ces dernières ont décidé de le faire prescrire et rembourser à 30 % par l’Assurance maladie pour les personnes âgées de 65 ans et plus. Ce vaccin prévient 51 % des risques d’apparition du zona, mais, surtout, « on constate moins de formes graves chez les personnes vaccinées de plus de 75 ans », explique le professeur Gilles Berrut. Le vaccin permet aussi d’éviter 67 % des risques de douleur après la maladie. Un vrai bénéfice, car, dans les années à venir, le vieillissement de la population entraînera l’augmentation du nombre de cas de zona et d’algies post-zostériennes.

* Livre blanc Le zona aujourd’hui:vers la prévention d’une pathologie et de ses complications, Pr G. Berrut (gériatre), Pr A. Serrie (thérapeute en médecine de la douleur), Pr N. Attal (neurologue), Dr J.-L. Gallais (médecin généraliste), Pr J.-P. Stahl (infectiologue), Pr C. Le Pen (économiste de la santé), juillet 2015.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS